Atelier du Carrier : le cric de carrier

ATELIER n.m. Terme de carrière. Lieu où travaillent les ouvriers carriers pendant qu’ils procèdent à l’extraction de la pierre en galerie souterraine.

En passant en revue tout le matériel utilisé par les carriers, nous ne désirons pas créer une simple « outilthèque » encyclopédique, nous espérons vous faire revivre le quotidien de ces ouvriers de la pierre et vous faire ainsi découvrir une partie de notre patrimoine.

L’Atelier du Carrier ne comporte pas seulement des outils, qu’ils soient destinés à l’extraction ou bien à la taille de la pierre mais aussi des équipements plus lourds, tel le wagonnet Decauville , le treuil à câble, que nous avons évoqué dans de précédents articles ou bien le Cric de Carrier.

Peinture de Pierre OUALLE dans la Carrière du Clocher (Carrière MASCITTI), 1969.

CRIC n.m. Machine propre à lever de terre un fardeau, par le moyen d’une crémaillère que déplace une roue dentée actionnée par une manivelle.

Catalogue ancien présentant des crics à simple et double engrenage.
Document aimablement fourni par M. Philippe SAUVANET des CARRIERES DE LA NIEVRE.

Crics dans la Carrière Sarazin

La Carrière Sarazin abrite encore quelques crics en piteux état. On peut encore distinguer, gravé dans le bois de certains crics, le « S » signifiant qu’il s’agit de matériel de la famille Sarazin. Encore une fois, la difficulté d’accès à la carrière a protégé le matériel du pillage qui a eu lieu dans les autres carrières d’Eméville (Carrière de la Bouloye, carrière du chemin de Vez) intégralement dépouillées de leur équipement.

Nous possédons plusieurs crics en parfait état, soit qu’ils aient été restaurés, soit qu’ils aient été parfaitement entretenus.

C’est le cas du fameux cric COQUART qui nous a été donné par un Emévillois, M. Gérard VALLE. Ce cric utilisé dans les carrières Civet Pommier de la commune a donc pu servir aussi bien dans la carrière du chemin de Vez, dans la carrière de la Bouloye ou dans la carrière de Trois Fontaines.

Un simple nettoyage a permis de faire ressortir les inscriptions frappées dans le métal et servant à identifier toutes les pièces du même cric.

Le cric COQUART

La carcasse contenant les engrenages, la roue dentelée pour le cliquet anti retour ainsi que la manivelle sont marqués du même numéro en chiffres romains VIII : une précaution bien utile lorsqu’on pense à tous les crics que l’atelier de la maison CIVET POMMIER avait en charge !

Le nom est frappé directement dans la crémaillère

L’autre face du cric laissant voir la patte.

La patte du cric permet de lever un bloc de pierre posé sur des cales. Il permet également de lever un bloc posé à même le sol en pratiquant dans le bloc une mortaise qui accueillera la patte.

Les faces supérieures des extrêmités de la patte sont quadrillées
afin d’offrir plus d’adhérence, d’autant plus que les surfaces de contact sont réduites.

Notre second cric, fabriqué par la maison VERLINDE à Puteaux, don de Joëlle et Patrick Pallu, auteurs de Souterrains et carrières d’Annet-sur-Marne qui ont soutenu et encouragé notre action.

La plaque précise, outre le nom du fabriquant, la force du cric (5000 kilos)
et la hauteur de développement de la crémaillère (75 centimètres)

Document à en-tête VERLINDE, 1932

Une petite note pour les capacités des crics utilisés en carrières:
Avec un rayon de manivelle de 300 mm et un effort moyen de 8 kg.
Avec un seul harnais d’engrenage au rapport de 1/7 éme, on peut lever 750 kg.
Avec deux harnais d’engrenages aux rapports de 1/7 + 1/4, on peut lever 2800kg.
En tenant compte d’un rendement de 0,5 sur des crics bien construits et bien entretenus.


Sur cette image, les différentes parties sont coloriées pour être mieux distinguées.

 

 

Ces crics parfaitement présentés sont à la Maison de l’Outil et de La Pensée Ouvrière à Troyes


Remarquez l’étoile à 6 branches qui orne l’un des axes du cric, identique à celle gravée sur notre cric COQUART

Crics de différentes tailles exposés dans la mine de sel de Bex (Suisse)

 

A suivre dans l’Atelier du Carrier :

  • la restauration d’un cric particulier, la levrette (cric à long fût et sans patte)
  • exemples d’utilisation des crics et accidents

(c) Dessins Jean-Pierre VENDEVILLE
(c) Textes et photos François CHAUT
Bibliographie : Technologie de la pierre de taille. Pierre NOEL

Publicités

Une Réponse to “Atelier du Carrier : le cric de carrier”

  1. […] levrette est un cric de carrier particulier. A la différence du cric à « patte », sa crémaillère est […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :