La Carrière Sarazin au milieu des années 80

Ces photos ont été prises au milieu des années 80, au cours de visites successives (en hiver comme en été), preuves de l’intérêt que suscitait la Carrière Sarazin. Cependant, aucune action de sauvegarde du site n’avait été entreprise avant la création de l’association Carrières Patrimoine. Ce témoignage en images nous a été aimablement fourni par M. Robert Chardon que nous remercions pour ces précieux documents.

Le Treuil d’Eméville en hiver


A la belle saison, la végétation est envahissante.


Cet écrin de verdure cache un puits d’extraction profond de 20m !


Vue du Treuil, côté Nord.


La mécanique du Treuil, avant enfouissement sous les gravats.


Le puits de service, protégé par une simple palette

A présent, visitons la carrière…


A la base du puits d’extraction, le câble du treuil est entièrement déroulé.


Cette photo et la suivante montrent une partie du matériel qui était dans la carrière :

  • 3 crics ou levrettes dont 2 couchés au sol sur la gauche,
  • 1 lorry pour voie Decauville de 50cm d’écartement.


La moufle du treuil en bas du puits d’extraction. Un quart de siècle après, suivez les étapes de son sauvetage et de sa restauration.

La base du puits de service

Plaque tournante


Plaque tournante et treuil à câble pour tirer le lorry sur la voie étroite

Le treuil vient de Birmingham où il a été fabrique par les établissements YOUNGS. (Voir la photo du treuil)

Voie Decauville et plaque tournante

Le poteau en bois tombé au sol servait auparavant de point d’ancrage pour un treuil à bras (appelé familièrement crapaud) tirant les blocs sur la lorry dans la galerie de gauche.

Ancien atelier d’extraction

Un atelier d’extraction

A gauche et au centre, les énormes roules en bois qui permettaient de barder le bloc jusqu’au « faux chopin », un quai de chargement pour charger le bloc sur le lorry.

Blocs sur cales et lances ayant servi à l’extraction

Aiguilles, pelles à four et bougons

Les bougons sont les têtes interchangeables des lances. Il y en avait plusieurs tailles comme on peut le voir sur la photo : 2 petits bougons au centre, 1 grand à droite. Les 2 lances au sol sont également montées avec des bougons.

Louves ou pattes

Crapaud à côté d’un poteau d’arrimage

Pour que le poteau reste bien en place, le ciel de la carrière est creusé. Ces marques sont toujours visibles et permettent de déterminer les emplacements des poteaux et donc les chemins de bardage utilisés par les carriers.

Ancien emplacement d’un crapaud

Autre solution afin de disposer d’un point d’ancrage pour les treuils à bras : le pilier est percé à l’aiguille pour faire y passer une chaîne. Ce type de trou est aussi bien réalisé dans l’angle d’un pilier que sur une pleine face en perçant 2 trous qui vont se rejoindre.

Un autre treuil à bras ou crapaud

Les crapauds n’ont jamais quitté la Carrière Sarazin car leur poids ne permettait pas de les sortir de la carrière par le puits d’extraction sans une grue ou un treuil. De plus, l’accès à la forme du puits (l’espace devant la margelle) était compliqué par la présence d’un talus et par le fait qu’il fallait également traverser une partie cultivée. La configuration des lieux a donc sauvé les crapauds, contrairement aux autres carrières accessibles de plain pied et dans lesquelles tout a disparu (carrières du Chemin de Vez et de la Bouloye à Eméville entre autres).

Vue générale

Aucune inscription ou dégradation : la carrière est telle que les carriers l’ont laissée.

Ancien front de taille

On remarque que le premier bloc extrait était celui du milieu. Pour effectuer la tranche arrière des 2 autres blocs, les carriers utilisaient une lance très courte, le ziguet.


Ancien front de taille.

On peut déterminer la dimension des blocs extraits grâce aux traces laissées par les outils d’extraction.


Bloc en cours d’extraction

La tranche horizontale inférieure, aussi appelée  » four à genoux », est bien visible.

Atelier d’extraction

Dans cet atelier, l’exploitation ne s’est faite que sur un bloc de hauteur. L’extraction ayant révélé un fil dans la masse, repérable aux oxydes de fer teintant la roche, l’atelier a été abandonné.

Rampe de chargement appelée « faux chopin »

Le chopin consiste à laisser de la masse en pied de carrière pour créer un quai de chargement horizontal. Le plan incliné est constitué d’une base en moellons et en cran (déchets d’extraction et de taille). De longs madriers donnent de la rigidité et de la solidité à l’ensemble pour qu’il ne s’affaisse pas au passage des roules qui supportent plusieurs tonnes. N’oublions pas qu’avant le chemin de fer, c’est le « chemin de bois » qui était utilisé pour les travaux miniers.

Tableaux de comptage des blocs

On peut y lire le numéro du bloc et son volume. Des totaux sont faits tous les 4 à 7 blocs, pouvant correspondre à un chantier ou bien à une période.


Croquis de la carrière datant d’avril 1985

Les photos de ces visites en 1985 nous montrent une carrière « dans son jus », avec son matériel d’extraction.

Comme on peut le voir ci-dessous sur cette photo de l’entrée de la carrière du chemin de Vez, l’accès des autres carrières était très facile et forcément elles ont été vidées de leur contenu.

Photo de Titan sur sa page consacrée à Eméville

Au Treuil d’Eméville, le puits d’accès de 20m de profondeur n’empêchait pas les visites mais constituait un obstacle suffisant pour décourager de repartir avec du matériel.

Le travail de l’association a toujours été guidé par le désir de respecter la Carrière Sarazin et son authenticité, afin que chaque nouveau visiteur découvre un site dans son état d’origine et n’ait pas l’impression de se retrouver au milieu d’un décor de cinéma dans une reconstitution à base de béton …
Publicités

2 Réponses to “La Carrière Sarazin au milieu des années 80”

  1. Superbe ces photos ! Quel beau témoignage, vous ne pouviez pas trouver mieux !

  2. Ouhhh, terrible ces photos, je vois que certaines lances sont toujours au memes endroit!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :