Rencontres de la S.F.E.S. #2 Confrécourt

Après les souterrains de Laon et avaint Coucy-le-Château, 2ème journée de visites.

La matinée du 12 novembre a été consacrée aux carrières de Confrécourt.


Au lendemain des commémorations du 11 novembre, nous nous sommes retrouvés devant le monument de la croix brisée.

Vestiges de la ferme de Confrécourt

« Une grosse ferme fortifiée dépendant de l’abbaye Bénédictine Saint Médard dont il subsistait de nombreux éléments médiévaux au début du XXème siècle, ainsi qu’un grand ensemble de carrières souterraines de toutes époques va être projetée sur le devant de l’histoire, sur la ligne de front, et voir ces carrières aménagées en casernement dès septembre 1914.
Sous l’impulsion et la Présidence de J.L. Pammart, l’association Soissonnais 14-18 oeuvre pour la préservation de ce site exceptionnel. »

 
Premier portrait visible dans les carrières


Lorry pour voie étroite de 60cm type Decauville. Un modèle assez similaire au
lorry américain de la BUFFALO CAR WHEEL CO présent dans la Carrière Sarazin.


Insigne en croissant du 1er Zouaves


Blason des victoires du 174ème R.I., régiment d’Epinal, présent dans la carrière en 1915. Du coq qui le surmontait on ne devine plus que les pattes et les plumes de la queue.


174ème R.I.


298éme R.I. , drapeau décoré le 28-9- 14


Le travail du temps détèriore irrémédiablement certains panneaux


417ème d’Infanterie, 1er Bataillon, Sergent Guitard tué à ce poste le 27 janvier 1916

Feuilles de chêne et rameaux d’olivier encadrent le blason du 3ème bataillon du 262ème R.I. 1916.


Cette vue permet de se faire une idée de la profusion des bas reliefs réalisés. C’est ce qui fait tout l’intérêt du site de Confrécourt.

« Dieu protège la France » …Chapelle souterraine du 298ème R.I. et du 35ème R.I.


« Berthe »


« La poisse ». Casquette, foulard et tricot rayé: cet « apache » parisien a été sculpté par un chasseur du 61ème BCP en décembre 1916.


« BRINDEAU Victor Classe 1917
262 D’INF 19e comp Cnes 1914-15-16-17″
La partie supérieure du dessin représente un quart de « jus », un bidon de « pinard » et une gamelle de « rata », le quotidien du soldat…

De l’importance du choix de l’éclairage pour mettre en valeur un bas relief : d’abord un flash frontal puis avec un éclairage d’appoint déporté au bas du mur.


« 13ème Section ? 42è compagnie ? P. BERNARD »
Sur le croissant, l’inscription en partie détruite : « A MORT LES BOCHES » …


Marianne, symbolisant la France et la République

Escalier creusé dans la roche et reliant les carrières au plateau.

« LAURENT CASABIANCA »?


« 35è d’Infanterie
GUITARD, HASSIER, LHUILLIER, EUVRARD »


« 1er Zouaves, Service médical, 4è Bataillon
Médecin chef MERCIER, Médecin adjoint LUMIERE »


« 238e, Poste de secours »


« 1er Zouaves, 19e Cie, VERDUN 15 MARS 1916 ».
La médaille est une croix de guerre avec palme.


« 1er Zouaves 19ème Cie »
A l’angle d’un pilier, cette niche aurait servi à présenter comme trophée un obus non explosé.


« 262e RI NOV.1916 DOUE HAG ER VRO »
L’inscription en breton au dessus de l’autel des Bretons du 262ème R.I. de Lorient signifie « Dieu et la Patrie »


Vestiges de bottes allemandes. Les bottes des prisonniers allemands étaient découpées à la manière de savates, pour limiter les risques d’évasion nous a-t-on dit.

Après l’agitation de la guerre les carrières ont retrouvé leur calme habituel. Plusieurs années de travaux ont été nécessaires pour niveller et déminer les champs alentours afin de les rendre à nouveau cultivables. De nos jours on retrouve encore des munitions non explosées et des dépouilles de soldats.

Pour plus de photos découvrez l’une de nos sorties sur les traces de la grande guerre ou bien ces inscriptions observées durant la visite d’un autre site. 

Bibliographie :

 

A suivre : Coucy-le-Château

Photos F. Chaut 

Carrière Sarazin, Treuil d’Eméville, Eméville, Carrière du chemin de Vez, Civet Pommier, puits à Daubin, la Bouloye, Mascitti, Carrière du clocher, Carrières patrimoine, Roches & carrières, Treuil à moteur, Cotte Industries, Treuil à manège
Publicités

7 Réponses to “Rencontres de la S.F.E.S. #2 Confrécourt”

  1. Un endroit émouvant , je m’y suis promené seul ,mais hélas pas dans la carrière ..je possède le livre de l ‘association Soissonnais 14-18 ,encore un superbe travail pour la sauvegarde du patrimoine.. à quand une visite en comité restreint 🙂

  2. […] Patrimoine, Un Village, Une Association « Rencontres de la S.F.E.S. #2 Confrécourt La Carrière Sarazin au milieu des années 80 […]

  3. […] A suivre : les carrières de Confrécourt […]

  4. […] Les carrières de Confrécourt […]

  5. […] également notre article sur Les carrières de Confrécourt, témoignage exceptionnel de l’occupation souterraine des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :