Les chauves-souris de la carrière Sarazin

Le Comité Spéléologique d’Ile de France réorganise un stage consacré aux chauves-souris à la fin du mois, comme ça avait été le cas l’an dernier (voir nos articles à ce sujet). En attendant le stage, nous avons procédé à une « reconnaissance de terrain ».

Il y a quelques semaines, nous avons procédé à un nouvel inventaire des chauves-souris de la carrière Sarazin. A condition de respecter quelques précautions pour ne pas troubler leur hibernation, le mois de février est le moment idéal pour les observer et se faire une idée des colonies qui habitent les carrières.


Comme à chaque fois, les chauves-souris observées sont localisées sur un plan et identifiées selon leur espèce, ce qui permet de faire des comparaisons avec les précédentes observations.
Lisez l’article consacré à l’inventaire 2010
Lisez l’article consacré à l’inventaire de mars 2007

Nous avons recensé 19 petits rhinolophes, 18 murins dont 6 murins de petite taille, soit 37 individus !

Les saignées exécutées à la lance offrent de formidables refuges aux chauves-souris.


Rarissime : c’est la première fois en plusieurs années que nous avons pu observer 2 chauves-souris aussi proches l’une de l’autre.


Un murin, mais de quelle espèce ?


Un autre murin.


Contrairement à ce que l’on peut penser, le comptage des chauves-souris ne se fait pas uniquement en levant les yeux au ciel de la carrière. Ce petit rhinolophe est à 30 cm du sol. La température relevée à son niveau est de 9,6 degrés.

Cette année nous avons entrepris de réaliser une cartographie thermique de la carrière pour mesurer les écarts de température entre les différentes zones. Plus de 60 mesures ont été relevées, aussi bien au ciel qu’au sol de la carrière.

La température moyenne au ciel de la carrière est de 10,1 degrés, avec un minimum de 6,3 degrés à la base du puits de service et un maximum de 11,1 dans une zone relativement confinée.

La température moyenne au sol de la carrière est de 9,7 degrés, avec un minimum de 8,5 degrés entre le puits de service et le puits d’extraction. La température maximum au sol est de 10,6, toujours dans la même zone relativement confinée.

Prise de la température au niveau du ciel de la carrière

 

La température à proximité immédiate des chauves-souris observées varie de 9,6 à 11,7 degrés. Elle est de 10,12 degrés en moyenne.

 

Accroché à l’anse d’une gamelle émaillée, ce petit rhinolophe a trouvé un endroit original pour hiberner.

Après les relevés réalisés sur le terrain, nous nous retrouvons dans la salle communale pour un debriefing, l’occasion de commenter la synthèse des observations.


Un repas amélioré très apprécié !

 

Merci aux bénévoles qui ont participé à ce recensement des chauves souris : Arnaud, Cyril, François, Jérémy, Marc Olivier et Sylvain.

Carrières Patrimoine remercie également la Mairie d’Eméville pour la mise à disposition de la salle communale.

Carrière Sarazin, Treuil d’Eméville, Eméville, Carrière du chemin de Vez, Civet Pommier, puits à Daubin, la Bouloye, Mascitti, bonneuil en valois, Carrière du clocher, Carrières patrimoine,  Treuil à moteur, Treuil à manège 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :