Une conférence sur les risques souterrains

Une conférence a eu lieu le jeudi 11 mars 2010 dans les locaux du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris et ayant pour titre L’urbanisme face aux risques – cavités souterraines – L’exemple de la région parisienne.
 
L’association Carrières Patrimoine était présente  et nous y avons également rencontré plusieurs de nos amis de l’OCRA.
  
 
 
Voici la présentation officielle de la conférence
Les Inspections Générales des Carrières surveillent depuis plus de 240 ans les carrières et autres cavités souterraines de la région parisienne. Ces carrières, fruits de l’exploitation intensive de matériaux de construction proches d’une capitale en extension (calcaire, craie, gypse, sables, …), sont aujourd’hui à la fois un patrimoine et un facteur de risque.
 
Si l’effondrement de 1961 à Clamart ou la découverte d’un vide de plus de 10.000 m3 sous la Gare du Nord en 1975 ont été des conséquences ponctuelles des phénomènes en action, les cavités souterraines sont nombreuses en Ile-de-France, et souvent méconnues. La gestion de ce risque, confiée aux Inspections générales des Carrières, a de multiples facettes : il s’agit dans un premier temps de connaître et prévoir les phénomènes susceptibles de se produire. Dans un second temps, il s’agit de surveiller ces cavités et leurs évolutions. Les connaissances ainsi acquises permettent d’élaborer des outils de prévention, parmi lesquels, en premier lieu, l’information du public.
 
Parfois, dans des zones inaccessibles et lorsque les cavités ne peuvent être suivies, des désordres apparaissent. Il faut alors mettre en œuvre des solutions curatives, travaux souterrains de consolidation et de comblement. La protection des biens et des personnes fait l’objet d’une attention toute particulière en Ile-de-France, zone particulièrement dense où la valeur du foncier prend souvent le dessus sur la conscience du risque. C’est pourquoi les Inspections générales des Carrières sont chargées d’analyser l’ensemble des dossiers d’autorisation d’urbanisme, tels que les permis de construire, afin de définir les règles minimales à respecter en matière de fondations et de confortation des carrières. 
  
 
L’amphithéâtre juste avant la conférence
 

Le sujet traité prend toute son importance dans le contexte des récentes catastrophes en France, l’homme étant tenté d’ignorer consciemment ou inconsciemment les risques du sol et du climat.

 Les deux intervenants, Xavier Piccino et Anne-Marie Le Parmentier, travaillent à l’Inspection Générale des Carrières de la Ville de Paris. Le premier est Ingénieur des Mines et exerce la fonction d’ingénieur en chef des services techniques. La seconde est Géologue, chef de la division Inspection, cartographie, recherches et études.

L’IGC a été créée en 1777, ses compétences s’appliquent à Paris ainsi qu’aux départements limitrophes (petite couronne). L’IGC Versailles s’occupe des départements de la grande couronne à l’exception de la Seine et Marne, orpheline de toute structure bien que fortement marquée par l’extraction du gypse en particulier.
 
La présentation géologique a été l’occasion de citer certaines formations sédimentaires nommées d’après leur lieu d’origine comme les sables de Fontainebleau, de Beauchamp, du Cuisien, les marnes de Pantin et d’Argenteuil, le travertin de Brie.
Les différentes méthodes d’exploitation ont été évoquées : exploitation par piliers tournés et exploitation par hagues et bourrages.
Dans le premier cas, on laisse de place en place des piliers pour soutenir le ciel de carrière. Le taux de défruitement va de 45% à 75%. Dans le second cas, mis en oeuvre à partir du XVIè siècle, on exploite la totalité du banc en reconstituant des piliers à bras pour soutenir le ciel. Les déchets d’extraction servent à réaliser des bourrages contenus par des murs de pierres sèches, les hagues. Cependant l’affaissement du ciel fracturé sur les bourrages non tassés peut aller de 0.4m à 1m.
 
(Pour information, dans la région du Valois, la pierre tendre est aujourd’hui exploitée par la méthode dite « par chambres et piliers », version « moderne » des piliers tournés.  Quant aux carrières de pierre dure, elles ont été exploitées par hagues et bourrages, selon la même méthode qu’au XVIè siècle !)
 
Pour Paris et les départements limitrophes, l’Inspection des Carrières veille et émet environ 2000 avis écrits sur des permis de construire. Elle intervient également dans la mise en place des Plans de Prévention des Risques dans les communes concernées.
Dans un contexte d’urbanisation croissante, les zones d’anciennes carrières constituent parfois les dernières réserves foncières des communes. Voilà pourquoi la législation s’est renforcée au cours des dernières décennies dans le domaine des risques liés aux souterrains.  

De la simple rupture de canalisation liée à un tassement de terrain jusqu’à la maison frappée d’un arrêté de péril, on recense chaque année une centaine d’incidents liés aux carrières pour Paris et la petite couronne ce qui est très faible au vu de la surface concernée.
Les catastrophes demeurent heureusement exceptionnelles, à l’image de l’effondrement de Clamart en 1961 qui fit 21 morts et 55 blessés !
Cependant, les anciennes carrières sont encore trop souvent considérées comme une gêne et à ce titre menacées de destruction alors que des solutions existent pour préserver et faire vivre ces lieux (techniques de confortation traditionnelle, transformation en cave, utilisation de l’air ambiant pour des pompes à chaleur).
Entre les administrations et les propriétaires, une place non négligeable est à prendre par les associations afin de sauvegarder le patrimoine souterrain et la mémoire collective liée à l’extraction de la pierre, en zone urbaine comme en zone rurale.

Texte et photos F.CHAUT

Publicités

Une Réponse to “Une conférence sur les risques souterrains”

  1. mohamed Says:

    tassement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :