Petite histoire des treuils de carrières

Voici un petit historique des treuils de carrières résumant 2 siècles d’exploitation de la pierre.

Lorsque les carrières étaient trop profondes être exploitées à ciel ouvert et qu’elles étaient dépourvues d’une bouche d’entrée ou cavage, les carriers devaient sortir les pierres par des puits parfois profonds de plusieurs dizaines de mètres.

LES ROUES


Vous avez peut-être déjà aperçu une illustration représentant un treuil de ce genre.

Ce type d’engin est caractéristique des exploitations de Paris et de sa banlieue.On trouve toutefois mention de l’existence, en forêt de Compiègne, d’une « grande
roue », disparue au début du 19è siècle.
Ces roues ont été utilisées jusqu’au 19è siècle et il n’en subsiste malheureusement
plus aucun exemplaire de cette époque.

Pour manoeuvrer cette roue de carrier, un ou plusieurs hommes montaient sur les barreaux comme ils l’auraient fait sur une échelle. Le poids de leur corps force la roue à tourner et la corde remontant le bloc de pierre s’enroule sur le cylindre qui forme l’axe de la roue.

 
Roue de carrier, encyclopédie Diderot et d’Alembert
La gravure montre également une échelle de perroquet

 

LES TREUILS A MANEGE


Les roues ont progressivement fait place à des engins utilisant la force des chevaux au lieu de celle des hommes. Il s’agit de cabestans ou de treuils à manège. Dans le cas du cabestan, le câble s’enroule autour d’un axe vertical. Heureusement, ces équipements ne sont pas que des souvenirs !

  • A Saint-Rémy-de-Provence un cabestan a été admirablement restauré.
  • A Châtillon dans les Hauts-de-Seine, le dernier treuil à manège du bassin parisien a été sauvé et restauré. Grâce au travail réalisé par l’association PICAR, c’est maintenant devenu un Monument Historique.

LES TREUILS A MOTEUR

Dans les années 20, les chevaux ont été remplacés par des moteurs. Toujours dans un souci de rentabilité, les carriers ont aussi songé à pratiquer des accès de plain pied à leur carrière afin de supprimer la longue étape de remonter des blocs dans les puits. C’est ce qui s’est passé dans la carrière du Chemin de Vez, l’ancienne carrière de Fréjus Daubin, où une descente en pente douce permettait de rentrer dans la carrière avec un locotracteur. Le manège, devenu obsolète, a été abandonné par les carriers qui n’avaient plus besoin d’un système jugé certainement archaïque en ces « temps modernes ».

L’accès direct a malheureusement entraîné des dégradations (inondations, pillage des outils, enfouissement de déchets) qui lui ont fait perdre une grande partie de son authenticité.

La solution d’une entrée en pente douce, elle aussi envisagée pour la carrière Sarazin, a été ensuite écartée, ce qui a permis de lui conserver son originalité, puisque les visiteurs peuvent découvrir une carrière « dans son jus ».

Le treuil de la carrière Sarazin est le dernier treuil à moteur encore existant.

Il existait un autre treuil à moteur sur la commune voisine d’Haramont, à la carrière Prudhomme, mais il n’y en a plus aucune trace en surface à ce jour et le puits d’extraction a été complètement remblayé.

C’est parce qu’il est unique que l’association Carrières Patrimoine a entamé une restauration minutieuse.
Le travail entrepris sur ce monument « historique » d’Eméville en fera un site pédagogique, culturel et touristique de tout premier plan dans l’Oise.

Carrière Sarazin, Treuil d’Eméville, Eméville, Carrière du chemin de Vez, Civet Pommier, puits à Daubin, la Bouloye, Mascitti, Carrière du clocher, Carrières patrimoine, Roches & carrières, Treuil à moteur, Cotte Industries, Treuil à manège 
Publicités

7 Réponses to “Petite histoire des treuils de carrières”

  1. Serge Thibout Says:

    Cette petite histoire serait parfaite si elle ne comportait pas une contre-vérité : Il a bien existé une roue de carrière dans l’Oise au Beaux Monts en forêt de Compiègne dite « La grande roue du Mont Saint Marc », authentifié par un document ( Cf. Archives de la bibliothèque Saint Corneille de Compiègne -Fonds Léré -cote VDC 60 ).
    Affirmé c’est bien, encore faut-il vérifier ses informations avant de les diffuser !

    • Tout d’abord bonjour Monsieur.

      nous vous remercions d’avoir porté cette information à notre connaissance.
      Il n’est effectivement jamais trop tard pour mettre à jour les connaissances communes puisque cette histoire des treuils de carrières a été publiée initialement en 2007 dans l’Echo des Carrières.
      Il est vrai qu’à l’époque les recherches sur les treuils n’étaient pas aussi approfondies qu’aujourd’hui.

      Errare humanun est …

      Toujours à propos d’information, vous avez oublié de préciser votre engagement dans une association voisine mais néanmoins « concurrente » de la nôtre, créée dans le sillage de la nôtre et reprenant même une partie de notre dénomination sociale qui est pourtant déjà concise puisque tenant en 2 mots.

      Bien cordialement,
      L’administrateur du site.

  2. Serge Thibout Says:

    Cette petite histoire serait parfaite si elle ne comportait une contre vérité : Il a bien existé une roue de carrière dans l’Oise au Beaux monts en forêt de Compiègne dite  » La grande roue du Mont Saint Marc », authentifié par une document ( Cf. Archives de la bibliothèque Saint Corneille de Compiègne – Fonds Léré – cote VDC 60 ).
    Affirmer c’est bien, encore faut-il vérifier les informations que l’on diffuse !

  3. Serge Thibout Says:

    Cette petite histoire serait parfaite si elle ne comportait pas une contre vérité : Il a bien existé une roue de carrière dans l’Oise aux Beaux Monts en for^et de Compiègne dite  » La grande roue du Mont Saint Marc », authentifié par un document ( Cf. Archives de la bibliothèque Saint Corneille de Compiègne -Fonds Léré – cote VDC 60 ).
    Affirmé c’est bien, encore faut-il vérifier les informations que l’on diffuse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :